De nos jours, nous entendons parler de méditation à toutes les sauces. En s’intéressant plus spécifiquement au sujet, nous pouvons constater que ce que pratiquent de nombreuses personnes s’apparente plus à de la relaxation.

 

Soit par choix ou par manque d’information, mais ça, il en va de la responsabilité de chacun d’investiguer plus profondément ce cheminement.

 

Il existe plusieurs formes de méditation, issues de différentes cultures et traditions. Les plus répandues sont celles enseignées par le bouddhisme, mais nous pouvons en retrouver également dans les visions chamaniques ou par des moments de recueillements religieux.

Libre à chacun de se diriger vers ce qui lui procure le plus de bien.

 

Un outil miracle ?

 La méditation vise à éduquer l’esprit à fonctionner avec plus de calme intérieur, d’apaisement et d’amour.

Cela prédispose à de meilleurs réactions et discernements.

Il est indéniable que l’inclure dans son hygiène de vie est un atout, pour ne pas dire une obligation, à qui aspire à évoluer de manière positive en limitant l’impact des émotions d’intensité élevée.

Toutefois, nous savons qu’un marteau est efficace pour enfoncer un clou, ce n’est pas pour autant que nous devons donner des coups de marteau à tout bout de champ.

Un outil s’utilise pour un besoin spécifique !

 

Quelles sont les erreurs à ne pas commettre ?

 Pour que la méditation soit efficace et apporte ses véritables vertus, il est nécessaire de faire preuve de régularité.

Mais cette pratique, ou devrais-je dire cette recherche d’état, n’est pas un exutoire.

Dans les périodes compliquées, certaines personnes s’obstinent à augmenter les fréquences de méditation, ils pratiquent dans l’espoir de se sentir mieux, de ne plus ressentir le poids de leur mal-être.

Ou encore, la méditation est aussi utilisée pour échapper à la réalité, pour s’évader, pour se couper du monde extérieur et de ce qui ne convient pas.

 

Il s’agit là d’une mauvaise compréhension du travail à faire. Car durant ce temps, ce qui entretient le mal-être ne peut être réglé ou digéré. À trop s’évader et fuir, se créer une perte d’ancrage qui nuit à la réalisation de soi.

 

Alors que faut-il faire ?

 Il est important de comprendre le rôle de la méditation et les bienfaits qui en découlent. Ainsi, il est possible de lui attribuer l’espace nécessaire sans couper l’équilibre de ce que nous avons à vivre, réaliser, comprendre, entreprendre, expérimenter.

La méditation prédispose au positif mais ne règle pas tout. À moins de partir vivre dans des temples et s’y consacrer pleinement dans un objectif précis. En d’autres cas, dans un mode de vie occidentale, elle n’est pas la solution à tout. Voir pour certain, cela peut s’avérer néfaste. L’équilibre se doit d’être conservé et appliqué.

 

La réalisation de soi et l’épanouissement ne dépendent pas que d’une sphère mais d’un ensemble auquel il est important de donner satisfaction.

 

Vous ressentez le besoin d'aller plus loin ? Vous trouverez certainement une solution en   - Cliquant ici -